Poursuite d’une mutation

La construction de la Confluence continue, de nouvelles rues et places sont créées pour desservir le quartier. Ainsi quatre nouvelles nominations sont-elles à l’ordre du jour.

Rue Achille Thomas au nord de la rue Montrochet, entre la rue Delandine prolongée, et le quai Perrache. Né à Fort de France en 1909, Achille Thomas arrive à Lyon en 1946 où il est nommé professeur agrégé d’anglais au Lycée du Parc où il va fonder la chorale Le Park Glee Club dont le répertoire est essentiellement le Négro Spiritual, puis il crée le centre de documentation Négro Spiritual Lyon.

Rue Charles Philippon, dans le prolongement de la rue Smith, entre le cours Charlemagne et le quai Perrache. Né à Lyon en 1800, il est peintre et dessinateur au début de sa carrière, puis crée des journaux satiriques qui lui vaudront d’être emprisonné, mais malgré cela, jusqu’à sa mort survenue en 1862, il poursuivra dans cette lignée.

Place Béatrice Arzt, le long du quai Rambaud. Juive, résistante, et première femme magistrate de France, Béatrice Arzt est née à Lyon en 1913. Pendant la guerre, elle fait passer de nombreux juifs à l’étranger, tout en exerçant son métier. Dans les années 1960, elle devient présidente du tribunal de Trévoux, puis de celui de Villeurbanne. Elle décède en 2011, à l’âge de quatre-vingt-dix-huit ans.

Rue Francisque Collomb, voie nouvelle Ouest-Est, reliant le quai Rambaud au quai Perrache, face à la place des Mariniers.

Maire de Lyon de 1976 à 1989, Francisque Collomb est un industriel qui s’engage en politique à l’âge de 49 ans, encouragé par Charles Béraudier. Conseiller municipal, il est élu sénateur en 1968. L’année suivante il devient président de la Foire internationale de Lyon et du Marché Gare, et entre au Conseil Régional en 1973. Il est élu Maire en 1976 à la suite du décès de Louis Pradel, fauteuil qu’il occupe jusqu’en 1989. Il préside alors la Communauté urbaine, et les Hospices civils.

Il est à l’origine notamment de l’expansion du métro, de la construction du Centre des congrès Eurexpo, de la gare de la Part-Dieu et de l’Institut Lumière, ainsi que du lancement de la Cité internationale et de l’installation du siège d’Interpol.

Il s’est retiré de la vie politique en 1989 et est décédé à Lyon, le 24 juillet 2009.

contact: lyon-presquile@orange.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.