Pour une cité plus humaine

L’association Les Droits du Piéton a une grande expérience des droits piétonniers. Elle fait des propositions réalistes à la ville et à la métropole, mais celles-ci ne sont pas forcément acceptées, car la voiture a toujours une place dans la cité.

Le piéton est prioritaire

Cette association qui a tenu son Assemblée générale le mercredi 20 mars rue du Major Martin œuvre en faveur du respect de la marche à pieds qui représentent 40% des déplacements, mais elle s’intéresse aussi aux vélos et modes doux ainsi qu’au mobilier urbain. « Nous vérifions sans arrêt la sécurité des piétons, indique le président Pierre Rauzada, nous souhaitons qu’ils vivent la ville de manière plus tranquille ».

A force de demandes répétées, l’association obtient tout de même certaines avancées, comme le trottoir sous le tunnel rue de Bonnel qui a été réalisé après trente années d’insistance. « Il faut vraiment s’accrocher pour obtenir certaines choses qui paraissent évidentes », soutient Yves Gascoin ancien président. Elle demande qu’il y ait une sécurisation place des Terreaux devant le Musée des Beaux-Arts où la chaussée fait dix mètres de large. Pour ce faire elle propose un terre-plein central qui faciliterait les traversées piétonnes. Problème, l’architecte Daniel Buren se croit propriétaire de la place, et bien que Gérard Collomb soit plutôt favorable à cette idée, elle est pour l’instant rejetée.

Les vélos et les trottinettes sur les trottoirs sont un fléau que l’association cherche à éradiquer, mais la police municipale ne semble pas penser comme elle, et la majorité du temps laisse faire. « Plus il y aura d’aménagements cyclables, plus les vélos les utiliseront, et moins il y en aura sur les trottoirs » certifie Pierre Hémond directeur des mobilités à la métropole. L’association se bat pour qu’il n’y ait pas de stationnement sur les pistes ou bandes cyclables, et pour que les trottinettes n’encombrent pas les trottoirs.

La problématique piétonne est essentielle, l’association ne cessera de lutter pour que ces marcheurs aient plus de place et soient mieux considéré dans la ville.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.