Pour un pilotage régional

En janvier dernier le CESER (Conseil Economique Social et Environnemental) a été saisi par le Conseil Régional au sujet de la réforme de l’apprentissage qui est en ce moment en discussion à l’Assemblée Nationale.

Développer l’alternance

Les effectifs d’apprentis, bien qu’ils s’élèvent  à plus de cinquante mille en Auvergne-Rhône-Alpes, ont au niveau national, tendance à diminuer. Le gouvernement veut que le statut d’apprenti devienne attractif pour les jeunes, que les entreprises n’hésitent plus à en embaucher, et que le financement soit plus simple. Ceci en confiant cette politique d’alternance aux branches professionnelles, ce qui enlève cette prérogative aux régions.

Dans son étude le CESER estime qu’il faut un pilotage au plus près des territoires, c’est-à-dire régional. « Une réforme était nécessaire, indique le président Antoine Quadrini, mais celle préconisée par l’Etat est trop centralisatrice ». Il est donc proposé que la Région se saisisse des éléments restant à sa disposition qui sont d’abord le dossier d’orientation, puis l’accompagnement des mutations et enfin la mobilisation de tous les acteurs pour qu’ils travaillent au devenir de l’apprentissage dans les régions.

Le social et la proximité sont très importants dans ce domaine. La région verse quelques deux cents millions d’euros pour le financement et le rééquilibrage des CFA (centre de formation des Apprentis). Si elle n’a plus la compétence, il n’y aura plus les financements nécessaires, elle ne pourra donc plus assurer son rôle régulateur.

Aujourd’hui certaines propositions des Régions ont été prises en compte par le gouvernement, indique Stéphanie Pernot-Beaudon vice-présidente du Conseil-Régional, ça va plutôt dans le bon sens ».

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.