Petits patrons en déroute

Le seul moteur de celui qui fonde une entreprise, est de construire, créer, embaucher, former, transmettre…

Urgence humanitaire

L’entrepreneur qui crée son entreprise connait parfaitement les risques qu’il encourt, et il les assume. Il sait qu’il peut tout perdre. Il sait qu’en cas de faillite, il ne bénéficierait d’aucune indemnité de chômage. Il connait aussi les contraintes de l’entrepreneuriat, les angoisses, les nuits blanches, les impayés, la trésorerie à sec… Mais pourtant, malgré ces risques et ces contraintes, ce sont des centaines de milliers de Français qui chaque année, se lancent dans la grande aventure. L’entrepreneur est donc conscient qu’il peut tout perdre, sans bénéficier du chômage, dès lors qu’il a échoué. Le risque est le fondement même de l’esprit d’entreprise.

Tout perdre, sans bénéficier du filet de sécurité du chômage, c’est précisément ce qui va bientôt arriver à bon nombre de petits patrons, mais cette fois-ci, pour des raisons qui les dépassent. Ces prochains mois, des dizaines de milliers d’entreprises mettront la clé sous la porte, non pas parce que le chef d’entreprise aura failli dans sa stratégie ; non pas parce que l’entreprise n’aura pas su s’adapter à la concurrence ; mais parce que l’Etat a décidé, unilatéralement et brutalement, d’interrompre l’activité économique du pays et de fermer administrativement des milliers d’entreprises pour des raisons sanitaires.

Que vont donc devenir les innombrables restaurateurs, commerçants, artisans, patrons de PME qui se retrouveront injustement sur le carreau, et qui ne toucheront pas de chômage ? « Nous allons au-devant de drames humains, de situations individuelles et familiales désespérées, d’une tragédie sociale majeure, indique le président d’Objectif France, une enquête récente de l’IFOP révèle que 27% des petits patrons ont envisagé de se suicider en 2020, nous n’avons pas le droit de les abandonner ».

Une proposition de salubrité publique serait de permettre à tous les patrons dont l’entreprise a déposé le bilan en 2020 ou 2021 de bénéficier d’indemnités de chômage. Que la solidarité nationale décide de soutenir les entrepreneurs de France, qui ne demandent jamais rien et qui sont depuis toujours des contributeurs nets au budget de la Nation, serait un signal puissant de cohésion nationale.Seule une réforme puissante de l’action publique et un projet ambitieux orienté vers l’avenir le permettront.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.