Pas d’enfant sans toit

Les situations de précarité, souvent dues aux phénomènes migratoires, mais pas seulement, sont en augmentation ; elles représentent un souci pour la Ville de Lyon et la Métropole. Cent trente-quatre enfants sont actuellement sans toit, dont 45% à la rue. La ville les prend en charge et cherche des solutions.

Situation intolérable

Les parents de l’école Lucie Aubrac située rue Jarente ont créé un collectif baptisé « Pas d’enfant sans toit » monté autour de douze enfants SDF scolarisés à Lucie Aubrac,  et ont occupé l’école du vendredi 20 au dimanche 22 octobre, afin d’exhorter les pouvoirs publics à trouver un hébergement pour ces écoliers, puis ils ont été expulsés par la police.

« Nous comprenons bien que cela interpelle l’opinion publique, avoue Georges Képénékian maire de Lyon, mais l’école consacré à l’éducation, dont nous devons garantir la sécurité, ne peut être un lieu d’occupation ». La ville poursuit le dialogue avec le collectif qui veut aider les élus, afin de trouver une solution pérenne à cette situation très douloureuse. La municipalité se fait un devoir de scolariser tous les enfants demeurant sur son territoire, de les nourrir à midi, et de leur apporter un soutien quotidien grâce au service médico-social de l’école. « Cette année le phénomène est d’ampleur significative, précise Cécile ayant un enfant à l’école, ce n’est pas un problème de migrants, des enfants français sont à la rue ».

Lundi 23 octobre, un rassemblement du collectif s’est tenu devant l’Hôtel de Ville, pendant que se déroulait un Conseil municipal, à la suite de quoi une famille a été hébergée. Celui-ci poursuit ses actions même pendant les vacances, car avoir un toit est primordial.

« La préfecture va prendre en charge ces enfants et leur familles » a assuré le préfet, elle étudiera leur situation vis à vis de la législation.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.