Parole et dialogue

Le 1er acte de la célébration des trente ans du Théâtre des Marronniers s’est déroulé à la mairie du 2e arrondissement, le mardi 1er décembre. Une exposition qui décline l’âme du lieu en sept mots et qui reste accrochée jusqu’à fin décembre  puis une conférence de Gérard Corneloup, ont agrémenté la soirée.

Le spectacle prend vie – « Un théâtre dans une mairie est un véritable symbole, avance le directeur Yves Pignard, car dans ces deux établissements s’instaure un dialogue permanent, une histoire se retrace ».

A partir de 1985, l’une des plus grandes aventures théâtrales, qui  a permis de vivre une expérience due à l’atmosphère, à la rigueur des acteurs, au caractère intime des  comédiens, s’est déroulée rue des Marronniers.

Yves Pignard

Yves Pignard

« Dans ce lieu qui ne ressemble à aucun autre, les représentations sont variées, créations, pièces traditionnelles, chant … le programme laisse beaucoup de perspectives ! » indique la maire Denis Broliquier

Les Marronniers sont un lieu ouvert sur d’autres disciplines, pour être au service des cultures, sur des mondes différents. « Accompagner les artistes est dans l’ADN de la maison où nous souhaitons faire repérer les écritures contemporaines, et offrir de la qualité » poursuit le directeur.

Cette scène de découverte, d’innovation, d’émergence, a au cours de ces trente années, labouré profondément son sillon pour s’établir sur le roc, et devenir bâtisseur de rêve ; l’art est une rencontre avec l’autre.

Les actes II et III ont eu lieu mercredi et jeudi autour de tables rondes, quant au quatrième, De la Terre Beaujolaise à une autre … Empreintes, pièce écrite avec panache et malice, elle sera adapté du 10 au 21 décembre dans ce théâtre trentenaire.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.