Parfait égoïsme

Lundi 7 juin a commencé l’examen du projet de loi bioéthique en troisième lecture, à l’Assemblée Nationale.

La généralisation de la PMA satisferait les désirs d’enfants des uns, la recherche de profit des autres et les enfants issus de ces technologies sont supposés devoir s’adapter.

Cela provoquera indéniablement des troubles de l’identité : comment ignorer les témoignages poignants de ces jeunes conçus de donneurs inconnus, amputés d’une part d’eux-mêmes ?  La    privation délibérée de père est une souffrance, l’amour porté par celui-ci est absent, et l’éducation s’en ressent. Les liens du sang ne sont pas anodins et ne peuvent être écartés à la légère. Le Parlement osera-t-il balayer ces souffrances en sommant ces jeunes de « s’adapter » encore et toujours ? 

Juristes pour l’enfance, association dévouée à la promotion des droits de l’enfant, invite solennellement les députés à protéger les enfants des désirs des adultes et des profits des marchands.

Le rôle de la loi est de rechercher la justice, de défendre celui qui ne peut le faire lui-même. L’enfant n’est pas « le produit de technologies scientifiques » mais un être humain à part entière non convié à la vie pour s’adapter aux désirs d’autrui.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.