Optimisme dans le froid !

« Les élus doivent être aux côtés des citoyens, pour rendre compte de leurs actions » tel est le propos introductif de Nathalie Perrin-Gilbert maire du 1er arrondissement lors de la présentation des vœux, le jeudi 10 janvier place Colbert.

Améliorer les services

Madame la maire a voulu que cette cérémonie se déroule à l’extérieur, sur cette place centrale, pour être au cœur des quartiers, au milieu et au même niveau que les citoyens. Comme elle l’indique, les places sont des lieux de vie, de rencontre et de socialisation ce qui n’est peut-être pas l’avis de la municipalité, comme place des Terreaux et place Saint-Nizier où la polémique concernant un éventuel parvis s’amplifie, mais à propos duquel la ville jusqu’à aujourd’hui, reste sur ses positions qui de l’avis de nombreux lyonnais ne sont pas les meilleures !

Dans le 1er, plusieurs places ont été réaménagées depuis quelques années, un skate parc a été créé au Clos Jouve, des platanes et cerisiers plantés place Colbert, et l’ancien collège Truffaux va être transformé en auberge de jeunesse et logements sociaux. Mais cela n’est pas suffisant, il reste du travail à faire, comme la piétonisation du bas des pentes, réclamée par les conseils de quartier et associations. D’autre part, la mairie du 1er souhaite une amélioration du réseau de transports en commun, et la gratuité de ceux-ci.

A Lyon, de nombreuses constructions d’immeubles de logement ou de bureaux sortent de terre, mais les services publics ne suivent pas, pourtant les différents quartiers d’un arrondissement devraient avoir des services qui se complètent.

Pour bien vivre ensemble

L’été dernier, de jeunes migrants mineurs ont été hébergé pendant plusieurs semaines dans une salle municipale située dans les pentes ; plusieurs associations ont prêté main forte, et de nombreux bénévoles ont participé à ce devoir de solidarité. « Nous voulons ici remercier tous ceux qui ont participé à cet élan de générosité, et ainsi apporté de la chaleur humaine à ces jeunes totalement dépaysés » poursuit le maire.

Les canuts qui travaillaient sur la colline portaient haut certaines valeurs fondamentales comme le mutualisme, ils ont initié la démocratie d’aujourd’hui ; « Comment ne pas les entendre dans cette ville excluante où les loyers ne cessent d’augmenter, où il n’y a pas de place dans les crèches, où les plus faibles sont écartés » s’interroge Nathalie Perrin-Gilbert

Le 1er adjoint Georges Képénékian a reconnu que le 1er arrondissement a un marquage social et d’engagement. « Il est nécessaire de placer l’humain au cœur de nos action » soutient-il, Une réflexion collective entre la ville, la métropole, les arrondissements et les habitants doit s’engager, pour apporter de nouvelles réponses en ce qui concerne la solidarité, l’égalité et l’espérance !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.