Métamorphose du langage

Dans le cadre de la semaine de la francophonie, la mairie du 2e arrondissement a organisé pour ses ressortissants, pour la première année, « La grande dictée du 2e », qui s’est effectuée à l’ESME Sudria, rue de l’Abbaye d’Ainay, le lundi 18 mars.

Stylo à encre

Une quarantaine de personnes avaient répondu à l’appel, et ont planché sous les directives d’Anne Liu, maitre de conférences à l’Université Catholique. « Internet et les SMS polluent l’orthographe, assure-t-elle, cette dictée permet aux gens de voir où ils en sont, et éventuellement de redresser la barre ». Effectivement, un tiers des français font des fautes d’orthographe en arrivant sur le marché du travail, ce qui n’est pas une bonne entrée en matière ! Actuellement les dictées reviennent à l’école, dans les petites classes, mais il y a quarante années de laxisme à rattraper !

 « J’adore lire et écrire, avoue Christelle, je suis venue ici pour évaluer mon niveau et progresser si besoin est ! ». De son côté Paul espère avoir une bonne note pour la montrer à ses petits enfants qui font beaucoup de fautes à l’école.

Le français est une langue vivante qui bouge et évolue, plusieurs mots francisés, provenant de l’anglais, se sont glissés dans cette dictée, ce qui n’a pas facilité les participants. Cependant pour les uns ce n’était pas trop difficile, quand d’autres ne trouvaient pas facile.

Beaucoup de français ont oublié l’écriture et l’orthographe de certains mots, il n’était donc pas inutile de la leur rappeler. « Revoir les bases est tout à fait intéressant assure Régine, surtout au cours d’un exercice comme celui-ci ».

Il n’empêche que la meilleure copie avait tout de même cinq fautes, il y a donc du travail de rattrapage à faire !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.