Mémoire et innovation

En 1856, à la demande des fabricants de soierie, la Chambre de Commerce fondait le Musée d’Art et d’Industrie afin de témoigner de l’excellence du savoir-faire lyonnais, qui deviendra Musée des Tissus dès 1890, ayant pour ambition d’établir à Lyon la plus important collection de textiles au monde. Aujourd’hui, avec deux millions cinq cent mille pièces, cette ambition est largement atteinte.

Après la seconde guerre mondiale, la musée vient s’établir dans l’Hôtel de Villeroy rue de la Charité, jouxtant ainsi celui des Arts Décoratifs. Labellisé Musée de France en 2002, il accueille environ cent mille visiteurs par an. Compte tenu d’une situation financière de plus en plus contrainte, la CCI n’est aujourd’hui plus en mesure d’assurer seule la gestion de ces musées, d’où le fait qu’elle cherche des partenaires.

Musée des tissus 002

Sortir de l’ornière – La Ville de Lyon vient ainsi de débloquer cent vingt-cinq mille euros qui lui seront versés, en guise de participation au fonctionnement du Musée des Tissus, jusqu’au 31 décembre 2016.

L’avenir de cette institution, qui a besoin d’un vrai renouveau, est actuellement entre les mains d’un médiateur, Thierry Le Roy président du Centre national du costume de scène, qui doit faire un point d’étape mi-juin. La ville espère qu’un projet ambitieux va émerger, mais de toute manière, l’Etat doit se positionner en porteur, car la gouvernance est désormais du ressort de la nation.

Il est probable que ce projet fera appel à des mécènes. « De ce fait, des liens pourrait être tissés entre patrimoine et industrie, avance Georges Képénékian 1er adjoint délégué à la culture, et par là-même multiplier les axes de développement autour du musée. » L’Etat doit s’engager, et les partenaires privés suivront, ce qui permettra de défendre l’excellence culturelle par l’excellence industrielle.

Ce musée est un trésor unique au monde, il est nécessaire de trouver une solution élégante afin qu’il puisse  poursuivre son exploitation.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.