Mécontentement croissant

Quelques centaines d’adolescents, partis du lycée Saint-Exupéry ont traversé la presqu’ile jeudi 31 mars le matin, pour manifester contre la loi El Khomri, mais cela n’était qu’un prélude au mouvement de l’après-midi, bien plus conséquent, parti de la Manufacture des Tabacs pour venir sur la place Bellecour, en rassemblant plusieurs milliers d’étudiants et salariés.

 

Ta loi on n’en veut pas !

Fac Lyon 2 et Lyon 3 bloquées, TER et TCL perturbés, pour la quatrième fois, étudiants et salariés sont de nouveau descendus dans la rue pour manifester leur opposition à ce projet de loi sur le travail.

Bien que le gouvernement dise qu’il prévoit de renforcer le dialogue social, les manifestants sont persuadés du contraire, car « les élites cherchent à diminuer la représentation syndicale. »  Il y a un ras le bol aussi bien chez les salariés que les étudiants qui savent que cette loi ne favorisera pas l’emploi car elle va dans le sens du patronat. « Nous sommes contre le gouvernement et sa droitisation, affirme Serge de la CGT, la loi a été le déclencheur, nous voulons une nouvelle politique ». Certains étudiants sont persuadés qu’il faudrait une réforme globale de la société et de l’économie, et que les réformettes ne servent à rien, si ce n’est à mécontenter ! « Nous pensons avant tout à notre avenir » !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En tout état de cause, cette loi retire certains acquis sociaux obtenus de haute lutte, au fil des années. « Nous refusons que le CDI ne veuille plus rien dire, et que nous puissions être virés du jour au lendemain s’insurge un militant FO, il est révoltant que ce projet soit porté par un gouvernement soi-disant de Gauche ».

« Ce projet de loi menace aujourd’hui les conditions de vie et de travail des Français et notamment des habitants du 1er arrondissement, qui reste un territoire aux conditions socio-économiques fragiles » soutient le maire Nathalie Perrin Gilbert,  qui demande au Gouvernement, comme les manifestants, le retrait immédiat du projet de loi, dont la philosophie et les dispositions qui contiennent de graves reculs sociaux visent à précariser l’ensemble des salariés.

Un encadrement policier musclé n’a pas empêché qu’il soit procédé à un certain nombre d’arrestations.

contact: lyon-presquile@orange.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.