Lyon maitrise son marché

Dans l’immobilier, les références se font par quartiers qui se ressemblent, qui proposent des prix et des standings similaires, la Part-Dieu, la Confluence et la Croix-Rousse par exemple.

Marché tendu – La loi Allur a augmenté la vacance locative des appartements, du fait qu’elle a réduit le délai de préavis à un mois, or il faut en moyenne quarante-deux jours pour relouer. « Il n’y a plus d’anticipation, indique Patrick Lozano président de l’Union Nationale des Syndicats de l’Immobilier (UNIS) qui gère la moitié du parc locatif lyonnais, nous travaillons en flux tendu, le turnover est en moyenne de 20%, mais plus important pour les petites surfaces ».

Le marché locatif lyonnais est homogène, les valeurs locatives diffèrent relativement peu d’un arrondissement à l’autre, cependant on constate tout de même un vieillissement de ce parc, toujours du fait de la loi Allur, car les propriétaires sont plus réticents pour faire des travaux, et pourtant ceux de rénovation énergétique devront d’ici dix ans être achevés ! Les propriétaires bailleurs sont donc fortement invités à les engager prochainement.

Les promoteurs ont adapté les surfaces aux budgets des locataires, c’est-à-dire que ces dernières ont à prix constant, diminuées.

En ce qui concerne les transactions, elles ne sont pas légions en ce moment, car les stocks sont relativement faibles, surtout dans les 2e, 4e et 6e arrondisements, ce qui entraine une euphorie sur les prix de vente qui ont augmentés de 6% en un an.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *