Lugdunum retrouvé

Le 8 avril, prochaine visite organisée par les services archéologiques de la ville, de l’amphithéâtre des Trois Gaules construit vers l’an 19 de notre ère.

Disparition puis redécouverte
Situé au pied de la colline de la Croix-Rousse, il ne fait à l’origine pas partie de la cité qui à cette époque se trouve sur les hauteurs de Fourvière. De forme ovoïde et de dimensions modestes, il est contre la colline d’un côté, et en élévation de l’autre ; il faisait vingt à vingt-cinq mètres de hauteur, des escaliers permettaient donc d’arriver aux galeries circulaires.
Cet amphithéâtre avait deux usages principaux. D’abord le rassemblement annuel des peuples au mois d’Août, quand les délégués des soixante nations gauloises se retrouvaient pour témoigner leurs dévotions à Rome, mais il servait aussi pour les fêtes populaires, combats de gladiateurs, jeux de cirque et autres et pouvait accueillir jusqu’à vingt mille spectateurs. Les quarante-huit martyrs de 177 auraient péri en ce lieu.
Pendant deux siècles, il est un centre de rassemblement important, mais étant donné les difficultés que va traverser Lugdunum, perd petit à petit son aura, pour un siècle plus tard être recouvert par un jardin planté de vigne. Au XVIIIe siècle, le terrain est remblayé afin qu’un jardin des plantes puisse être créé en ce lieu.
Il faut attendre 1960 pour que des fouilles qui ont permis de redécouvrir ce monument soient entreprises sous la direction de l’archéologue Amable Audin.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.