Locataires en déroute

Droits des locataires et pouvoir d’habiter, tel était le sujet de la réunion organisée par la mairie du 1er arrondissement, le lundi 28 juin.

Peu d’armes

De plus en plus d’habitants ont de grosses difficultés pour se loger ou se reloger, car certains immeubles repris par des fonds d’investissement, sont vendus en bloc ou à la découpe. « Les locataires sont alors démunis, indique la maire Yasmine Bouagga, nous voulons les aider, et particulièrement les familles ». Dans tous les cas, les locataires doivent être informés de la vente, ce qui malheureusement n’est pas toujours le cas, car le nouveau propriétaire a souvent intérêt à les voir partir, pour diverses raisons comme la réfection de l’immeuble, qui permettra de louer plus cher.

Cependant la vente en bloc amène une certaine protection au locataire, quand il y a plus de cinq appartements dans l’immeuble, car l’acquéreur peut reconduire les baux pour six ans. En cas de vente à la découpe, le logement doit en premier lieu être proposé à l’occupant, c’est le droit de préemption du locataire, qui en cas de réponse positive, a deux à quatre mois pour réaliser l’achat.

De toute manière, au terme du bail, le propriétaire peur récupérer le logement. Si le locataire a peu de revenu, le bailleur doit lui en proposer un autre, dans le secteur, mais tant que le bail se poursuit, le locataire doit pouvoir utiliser son logement de manière paisible.

La Métropole souhaite encadrer les loyers à partir de janvier 2022, pour limiter la hausse, mais attend les autorisations gouvernementales.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.