L’insécurité règne

Pour contrer les désordres qui ont lieu en centre-ville, et répondre aux associations d’habitants qui se plaignent des problèmes d’insécurité, principalement des rodéos nocturnes, la ville propose d’installer un système de vidéoverbalisation.

Aller jusqu’au bout

Sans être vraiment contre, la mairie du 1er pense qu’il est préférable de renforcer le service public sur le terrain, plutôt que de poser des caméras. La présence de policier est indispensable.

D’autre part, il est prévu que cette vidéoverbalisation s’arrête à minuit, or les incident ont lieu plutôt en deuxième partie de soirée, c’est-à-dire entre 23 heures et 5 heures du matin. Il est donc probable que la videoverbalisation ne changera pas grand-chose. « Il faudrait faire évoluer le règlement pour qu’il y ait une surveillance également de minuit à six heures » indique Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er, au cours du conseil d’arrondissement du mercredi 11 septembre. Point sur lequel  le 2e arrondissement est tout à fait d’accord. D’autre part aucun montant d’investissement n’est avancé pour cette opération, une chose est sûre, le contribuable en fera les frais ! La sureté et la sécurité sont des compétences régaliennes de l’Etat. « Cette vidéoverbalisation proposée par la commune est une solution de facilité » poursuit Nathalie Perrin-Gilbert tout en précisant que pour elle, ces rodéos sont une réaction contre la gentrification du centre-ville !

Pour Denis Broliquier, maire du 2e arrondissement, cela n’est pas le cas. « Ces jeunes des banlieues viennent pour s’approprier la ville et faire la fête, mais ils n’ont pas de haine sociale ». Le 2e est heureux que cette vidéoverbalisation qu’il demandait depuis longtemps, arrive, mais dans les conditions prévues, cela ne réglera pas le problème, il faut mettre les moyens !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.