Libérer la parole

Lors de sa journée Portes Ouvertes du jeudi 21 novembre, l’association Enfance et partage située rue du Major Martin, a pu faire découvrir son objectif, aider et accompagner les enfants victimes de maltraitance et de harcèlement, qu’il soit physique, psychique ou sexuel.

Besoin de repères

Les enfants existent, et ont leur propre personnalité, mais ils ont besoin de leurs parents pour les encadrer et leur apprendre à vivre. « Les gens viennent nous voir quand ils ne savent plus quoi faire » indique la déléguée Béatrice Bailly. Les bénévoles de l’association les écoutent, leur parlent, et essaient d’élucider le problème, puis d’accompagner. Dès que les faits sont trop graves, ils sont signalés au procureur, à une cellule qui reçoit des informations préoccupantes, ou à la métropole.

Le plus grand volet de l’activité est tout de même la prévention, dans les crèches et les écoles jusqu’au lycée. « On arrive à repérer les enfants maltraités, du fait de leur comportement, poursuit la déléguée, on commence alors à s’interroger ». En moyenne, un enfant par classe est repéré comme maltraité. L’association s’évertue alors à les faire parler, et à les écouter. La plupart du temps, les maltraitances sont effectuées au sein de la famille ou des connaissances proches.

Enfance et Partage rencontre les mêmes problèmes dans toutes les écoles, dans tous les lycées, et dans tous les milieux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.