Le mouvement s’accélère

Elément essentiel des nouvelles mobilités, l’autopartage dont l’objectif est de diminuer la circulation en ville, se développe à Lyon à travers deux services, Citiz qui existe depuis 2008, a 105 véhicules et quarante-deux stations et Yea, fort de cent cinquante voitures en free-floating.

Le nombre de conducteurs augmente régulièrement, et de ce fait le nombre de kilomètres parcourus aussi. En 2019, presque trois millions de kilomètres ont été effectués par les différents véhicules. Dans leur très grande majorité (95%), les usagers sont satisfaits de ces services.

« L’autopartage est un moyen de démotorisation, avance Louis Pélaez président de Lyon Parc Auto (LPA) qui a développé ces services, de nombreux lyonnais considèrent que c’est une solution d’avenir ». D’autant qu’il présente un côté économique et pratique par rapport à la propriété d’un véhicule.

LPA a décidé d’augmenter le réseau Citiz de dix stations supplémentaires, dont une à la Confluence, pour, par un meilleur maillage territorial, se rapprocher des domiciles des clients.

Il est tout de même certain que la mobilité ne peut se réduire à l’autopartage, mais doit prendre en compte tout le panel existant : voiture, vélo, trottinette etc.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.