La ville s’illumine

La Fête des Lumière, dont la présentation a eu lieu le 4 novembre au Musée des Confluences, se déroule cette année du 5 au 8 décembre. Elle se veut toujours plus belle, en accueillant de nouveaux et jeunes concepteurs, et en investissant de nouveaux lieux.

Les meilleurs projets ont été sélectionnés, pour que Lyon devienne pendant quatre jours une ville de culture et de rêve « Autour du 8 décembre, il se passe énormément de choses dans les rues, indique Georges Képénékian, 1er adjoint délégué à la culture, le rituel des illuminations est intimement lié à ses racines qui remontent à 1852, lorsque tous les lyonnais ont illuminé leurs fenêtre en l’honneur de la Vierge Marie ». Ce jour-là est devenu une fête populaire qui a su s’élargir et grâce aux partenaires et mécènes, se réinvente chaque année.

Enchanter le territoire – C‘est ainsi que place Sathonay, un piano jouera sous la neige, que l’ambiance sera très chaude place des Célestins où le rythme cardiaque sera compté et que la voûte ouest de Perrache deviendra une traversée joyeuse dans un monde végétal et animal. Cette fête à la dimension internationale permettra à la Chine de venir investir la rue de la République de trois manières successives quand un poisson géant flottera sur le bassin de la place éponyme.

L’escalier de la montée de la Grande Côte deviendra une vedette en marquant un lien très fort entre la Croix-Rousse et la Presqu’ile que la colline de Fourvière, sur laquelle le Théâtre Gallo-Romain brillera de ses quatre-vingt-dix mille lumignons, ne cessera de regarder

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Les projections monumentales permettent de découvrir la ville autrement » poursuit l’adjoint. Aussi, la fontaine des Jacobins mettra en valeur, dans un écrin de couleurs incessantes, les statues des artistes ; la place des Terreaux, sans dessus dessous,  s’intéressera avec beaucoup d’humour à l’environnement, et la combinaison des arts et de la science prendra le visiteur en charge dès son entrée dans l’atrium de l’Hôtel de Ville.

Si la darse de la Confluence ressemblera à un éclair luminescent, beaucoup d’autres lieux comme Sainte-Blandine, le Musée des Confluence, les places Antonin Poncet, Bellecour et Louis Pradel, l’église Saint-Nizier ou le quai Saint-Antoine rayonneront de mille feux.

Quatre soirées, trois millions de visiteurs qui permettent à la ville de rayonner aux quatre coins du monde, et bien sûr d’exporter son savoir-faire.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.