La tête dans l’eau

Le 28 juillet dernier, à l’occasion du sixième anniversaire de la reconnaissance du droit à l’eau et à l’assainissement par l’ONU, l’association de coordination au bien commun Auvergne-Rhône-Alpes, a lancé un cri d’alarme.

Un droit humain – Aujourd’hui en France, quelques deux cent mille personnes ont peu d’accès à l’eau, en témoigne la suppression des bains douches Flesselles dans le 1er arrondissement, qui oblige les utilisateurs à courir à Gerland ! L’eau est un droit fondamental qui malheureusement est devenu en service industriel et commercial très rentable pour les opérateurs qui dans la métropole ne sont plus des régies municipales comme la Courly il y a quelques dizaines d’années, mais des entreprises privées.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Un minimum de vingt litres par jour et par personne devrait être pris en charge par la collectivité » soutient Natalia Dejean coprésidente de l’association, et ceci spécialement pour ceux qui ont très peu de ressources. La grande disparité dans les prix de l’eau est une entrave à ce droit. Il y a des abus, les factures explosent, poursuit la coprésidente, comme toujours, les plus faibles se retrouvent égorgés. »

L’association interpelle députés et sénateurs, et mène un combat auprès des élus locaux afin qu’ils s’intéressent à ce problème auquel la majorité de la population est confrontée.

L’eau est décisive pour la santé publique et la vie, elle doit être considérée comme un droit fondamental de l’être humain. Le maintien de l’Etat et des collectivités comme garants réaffirme leur responsabilité dans ce domaine.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *