La Région en mutation

Le débat d’orientation budgétaire, première étape de la construction de la mandature,  examine les marges de manœuvre qui permettront à l’exécutif régional de bâtir une stratégie.

Cent jours pour changer  – Au cours de l’assemblée plénière qui s’est tenue à l’Hôtel de Région, dans une ambiance tendue, le jeudi 17 mars, il a d’abord été rappelé que ces dix dernières années, les dépenses et la dette du Conseil Régional ont, comme les impôts, augmenté. Et que l’effondrement de la capacité d’investissement a enlevé du poids à Auvergne-Rhône-Alpes. « Nous voulons inverser la tendance, soutient le vice-président Etienne Blanc, en aidant les collectivités dans leur fonctionnement et leurs investissements ».Il est urgent

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

de reprendre les choses en main, en 2016 un plan d’économies de soixante-quinze millions d’euros est en cours d’élaboration. Bien entendu, certains secteurs seront plus affectés que d’autres, les lycées, TER,  la formation professionnelle et l’emploi restant les priorités. Il y aura mutualisation de plusieurs services des anciennes régions faisant doublons afin de diminuer les frais généraux, et de gérer rigoureusement l’argent public. Les économies faites seront destinées à la relance des investissements dans  les collectivités territoriales. Un minimum de quatre milliards d’euros sera ainsi investi au cours du mandat, ce qui générera la création de soixante-dix mille emplois. Pour devenir une région forte dans le paysage européen, il est nécessaire de relever rapidement le défi de la fracture numérique et celui du monde agricole.

« Votre projet est quelque peu nébuleux, avance Jean-Charles Kohlaas d’Europe écologie les Verts, nous attendons des précisions quant à vos ambitions, car il faut se méfier des fausses bonnes idées ! ».

Un cercle vertueux – Il est certain que l’exécutif actuel veut rompre avec les politiques précédentes, en étant audacieux dans ses projets. « Une relance économique par l’investissement est la seule solution pour sortir notre région du marasme dans lequel elle se trouve » avance Sylvie Goy-Chavent de l’UDI. Le tourisme et l’agriculture doivent être soutenus.

« Chaque euro dépensé doit être un euro utile » soutient le président Laurent Wauquiez, en confirmant qu’il n’y aura pas de hausse de la fiscalité, malgré le contexte défavorable de baisse des dotations de l’Etat. Les dépenses vont être maitrisées, afin de faire la chasse au gaspillage. « Il est préférable de concentrer les aides régionales sur des points stratégiques, plutôt que de faire du saupoudrage, poursuit-il, désormais priorité à l’investissement pour préparer l’avenir. ». La région veut être exemplaire, et ne ménagera pas ses efforts pour gérer au mieux l’argent public.

Les cent jours sont bientôt atteints, les premiers changements devraient arriver !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.