La presqu’ile devient jardin

La colère gronde dans la presqu’ile où la circulation est devenue un enfer, principalement rue Edouard Herriot avec les bacs à fleurs, les livraisons et le stationnement se font de façon anarchique, les incivilités nocturnes augmentent, tout comme la violence au bas des pentes, les habitants ont un sentiment d’abandon. « Par cette végétalisation, nous avons voulu répondre aux attentes des habitants » précise Alain Giordano adjoint délégué aux espaces verts lors du conseil municipal du lundi 23 septembre. D’après la ville, il y a une demande très forte de végétalisation, mille huit cent lyonnais se sont impliquer dans la consultation citoyenne sur le climat, mais qu’est-ce par rapport aux cinq cent mille habitants de la ville ?

Les bacs sont la solution la plus pratique dans le centre où le sous-sol est parcouru de réseaux. « Les passants ont d’ailleurs une approche très positive à ce propos, poursuit l’adjoint, d’autant que ces bacs donnent un aspect festif, et incitent à la biodiversité ». Seulement ils incitent aussi aux incivilités, mégots et canettes de bière les encombrent ! Ces bacs restreignent la voirie, l’objectif de la ville est non seulement de satisfaire les lyonnais, mais aussi de diminuer la circulation ! D’ici un mois, il en sera de même rue Paul Chenavard, rue de Brest et rue Gasparin.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.