La lumière conte l’obscurantisme

En ouverture du Conseil Municipal du 23 novembre, Gérard Collomb maire de Lyon, qui avait assisté à la Basilique Saint-Martin d’Ainay, avec  un certain nombre de ses adjoints et le Préfet de Région, en signe de solidarité de la ville et de l’Etat, aux obsèques de Caroline Prénat assassinée au Bataclan, s’est livré à un vibrant plaidoyer en hommage aux victimes des terribles attentats du 13 novembre.

Entrer en résistance – L’année avait mal commencée avec l’affaire Charlie Hebdo, et se termine encore plus mal avec cette tragédie. Il est nécessaire de protéger les lyonnais. C’est pourquoi, la Fête des lumières, cet immense succès populaire, a été annulée. Cependant, le 8 décembre, un hommage sera rendu à toutes les victimes et blessés de ces actes meurtriers. Deux cent mille lumignons seront distribués dans les écoles, afin que les lyonnais les mettent à leurs fenêtres, pour faire briller la ville. « Ce sera alors un témoignage d’une grande beauté, fort émouvant, qui réaffirmera nos valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité, indique le maire, ce grand moment de partage et d’unité signifiera que nous ne renoncerons pas face au terrorisme qui veut anéantir ces valeurs ». Ce message de détermination, de responsabilité et de courage signifiera que tous les lyonnais, appuyés par les instances publiques, ont un rôle à jouer. Les élus ont un devoir d’action pour préserver l’unité nationale afin que la barbarie ne puisse s’imposer. Ce jour-là, les lyonnais se retrouveront dans la simplicité et l’humilité, ces petites flammes marqueront l’espérance.

Le Conseil Municipal debout pour une minute de silence

Le Conseil Municipal debout pour une minute de silence

L’état d’urgence a été décrété, mais le 8 décembre, la ville sera illuminée « Nous sommes révoltés, mais solidaires envers les victimes, avance Yann Cucherat adjoint chargé de la solidarité, l’Etat et les collectivités locales doivent plus que jamais travailler ensemble pour assurer la sécurité afin que la vie démocratique puisse continuer de manière à faire échouer l’adversaire ».

Le 13 novembre a sonné le glas d’une manière de vivre dans l’insouciance, mais la ferveur patriotique de notre pays est de défendre sa liberté. « Nous devons entretenir la flamme que les terroristes cherchent à éteindre ». Pour toutes ces vies brisées, le France doit porter haut les valeurs de respect et de tolérance.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.