La France brûle !

Pour la cinquante-troisième semaine, et pour marquer leur premier anniversaire, quelques centaines de Gilets Jaunes ont organisé, comme dans beaucoup de villes de France, un rassemblement place Bellecour, le samedi 16 novembre.

Réconciliation citoyenne !

Ceci, pour montrer leur mécontentement. Ils estiment que depuis un an, malgré leurs multiples demandes, rien ou presque n’a changé. « Certes le gouvernement sait prendre l’argent dans la poche du contribuable, mais il est mal réparti, mal redistribué » lance Catherine de la CFDT. Le premier enjeu est celui du climat. Pour agir dans ce sens, la Métropole devrait rendre gratuits les transports en commun ; aujourd’hui les automobilistes sont taxés, mais aucune réelle solution ne leur est proposée en face. Il en est de même dans les hôpitaux où il n’y a pas assez de personnel. Idem pour les retraites, les jeunes paient sans savoir s’ils auront encore de quoi vivre dans trente ou quarante ans, quand ils quitteront le marché du travail. « J’ai payé toute ma vie sans pouvoir capitaliser, et aujourd’hui ma retraite est minime » assure René de la CGT.

Les Gilets Jaunes demandent un peu plus d’égalité, car ils estiment qu’actuellement toute l’économie tend vers le profit et la rentabilité, et que rien ne leur est redistribué.

Certains voient les choses de plus haut, et estiment que la situation actuelle est une conséquence de l’appartenance à l’Union Européenne qui oblige les Etats à compresser les salaires pour compenser la déflation et qu’elle n’a jamais apporté puissance et prospérité comme elle le promet depuis plus de cinquante ans.

Après une année de lutte, les irréductibles ne veulent rien lâcher tant qu’il n’y aura pas de gestes tangibles du gouvernement en leur faveur.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.