La Fête de la musique

Le mardi 21 juin, jour de l’été, la Fête de la musique est revenue dans les rues de Lyon.

Nouveau visage

Ainsi place Gailleton, la mairie du 2e arrondissement s’est occupée des générations. D’abord de la musique pour enfants, puis pour séniors, puis crescendo, le ton est monté. Des jeunes de Saint-Nizier ont interprété sur le parvis de l’église une musique de louange, pendant que de l’autre côté de la place un orchestre jouait une musique différente et bruyante, et qu’une véritable fanfare enchantait la rue Paul Chenavard.

Félicitations au Conservatoire, qui a l’occasion de son cent cinquantième anniversaire, s’est produit place des Terreaux où les danses et l’orchestre ont ravi un public fort nombreux, emplissant la moitié de la place. Une foule dense se pressait place de la Comédie et place Louis Pradel, où régnait une ambiance du tonnerre. Il en était de même rue Pizay et rue de l’Arbre sec, quand les cuivres animaient la place de la Bourse. Bref, la partie nord de la presqu’ile était particulièrement en effervescence, qui décroissait en allant vers le sud, pour arriver dans le quartier d’Ainay et place Carnot, relativement calmes.

Depuis 1982, la Fête de la musique n’a pas cessé de se réinventer et de refléter les dernières évolutions de la scène musicale française.

Quarante ans après sa création, cette manifestation culturelle très populaire a permis cette année de découvrir tous les changements qui marquent la musique à l’ère du tout numérique : nouveaux médias, nouveaux outils de communication…

En à peine une quinzaine d’années, Internet a totalement modifié le rapport à la musique, son mode de consommation a ébranlé une partie de son secteur économique. Désormais, les DJ sont aussi Producteurs : ils créent des sonorités nouvelles permettant des arrangements innovants.

 « La musique assistée par ordinateur (MAO) est aujourd’hui devenue partie intégrante du processus de production musicale ! » souligne Jean-Pierre Goffi dirigeant de l’école de DJ et du son. En effet, elle modifie en profondeur certains styles musicaux comme la musique urbaine, la musique électronique ou la Pop, créant ainsi des sous-catégories et enrichissant a fortiori la culture musicale dans son ensemble.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.