La chapelle de L’Hôtel-Dieu

Construite au XVIIe siècle la Chapelle de l’Hôtel-Dieu a vu le jour à une époque où Lyon était une ville riche de marchands et de banquiers ayant fait fortune grâce au commerce de la soie.

Art baroque

Les travaux de construction qui durèrent de 1637 à 1655, furent suivis par les maitres-architectes Ducellet, Lerupt et Chana mais connurent des rebondissements dus à des problèmes de financement, il fallut alors faire appel à des donateurs.
Au cours des dix premières années furent édifiées les fondations du chœur, la nef et les six premières chapelles latérales, si bien que la première messe fut célébrée en 1646.
Dans les années suivantes, les deux dernières chapelles, le portail et les deux tours furent édifiés, terminant la construction.

Sa façade, visible Place de l’Hôpital, présente un style Louis XIII très riche. Son architecture, baroque, est basée sur un plan basilical à nef unique flanquée de chapelles latérales symétriques sur la base de plans d’église dites  » jésuites  » comme celui celui de la chapelle de la Trinité. La nef, voûtée en plein cintre, est séparée en deux étages, elle comporte des pilastres à chapiteaux corinthiens ainsi qu’une séparation marquée avec le chœur par deux colonnes monumentales.

Endommagée par la Révolution, la Chapelle subit une première restauration à partir de 1802. Des boiseries et stalles sont aménagées dans le chœur, et des tableaux symbolisant la Foi, l’Espérance et la Charité sont venus la décorer. La chaire en marbre qui provient de l’ancien couvent des Carmes Déchaussés qui se trouvait aux Terreaux, est une pure merveille.
Puis à partir de 1848, les chapelles latérales sont ornées de sculptures de Joseph Fabish et de Charles Dufraine mais aussi de tableaux de Thomas Blanchet, Horace Le Blanc ou Joaquim Liquevet.

A partir de 1867, Alexandre Denuelle, se charge d’un vaste programme de peintures. Ainsi, un magnifique décor néo baroque en trompe-l’œil de grande qualité, a été réalisé sur tous les murs et les voûtes de la chapelle transformant radicalement son aspect.

Une intense activité
Pendant tout le XIXème siècle, la chapelle fut un des foyers importants de la vie hospitalière. Cependant, elle est menacée de désaffection en 1908 pour cause de mauvaise ventilation, mais fut finalement épargnée.

En 1944, suite à l’incendie du Grand Dôme, elle est transformée en maternité. Choix naturel du fait que des dizaines de milliers d’enfants, jusqu’en 1967, y furent baptisés et que tous les ans la population lyonnaise venait admirer la crèche vivante, un véritable nouveau-né représentant l’enfant Jésus.
L’intégralité du bâtiment et du mobilier est classée Monument Historique depuis 1941, mais aucune autre restauration n’avait été entreprise depuis 150 ans. Il est donc temps de faire ressortir les trésors actuellement cachés sous une épaisse couche de poussière parfois incrustée dans les ouvrages, et ainsi redonner à la chapelle et à la façade leur magnificence.

Faire revivre la chapelle de l’Hôtel-Dieu, c’est faire revivre une période de l’histoire baroque, et de l’histoire hospitalière de Lyon.

contact: lyon-presquile@orange.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.