Incivilités, c’est trop !

L’insécurité règne à Lyon, non seulement dans la presqu’ile, mais dans tous les quartiers. Pour agir contre, il faut se serrez les coudes, et agir tous ensemble. Aussi, le maire du 2e arrondissement Pierre Oliver et son adjoint à la sécurité Jean-Stéphane Chaillet ont-ils reçu les associations lyonnaises travaillant sur le sujet, le lundi 7 septembre.

Lanceurs d’alerte

Outre les rodéos nocturnes, tous les quartiers sont concernés par des phénomènes d’insécurité et de violence : les agressions comme place des Terreaux, les viols qui sont de plus en plus fréquents en plein centre place de la République, la drogue, la prostitution, les rixes etc. Les commerçants se font agresser et doivent se défendre eux-mêmes car la police ne réagit pas, les riverains sont excédés. « Les problèmes de sécurité augmentent tous les jours, affirme Sidonie Verjat du Collectif du Bas des Pentes, il est nécessaire d’augmenter les moyens pour lutter contre ». Et la première des choses est la police, augmenter le nombre de fonctionnaires nationaux et municipaux de manière qu’ils puissent interpeller les fauteurs de troubles. Le Collectif du 3e arrondissement indique qu’il est en première ligne avec les Berges du Rhône, mais la presqu’ile l’est aussi depuis de nombreux mois, ainsi que la Guillotière, Gerland, les Brotteaux, le phénomène ne cesse de s’étendre. « Le ton monte, un seuil d’intolérabilité a été atteint, il faut réagir » lance Christian Paul de Centre Presqu’ile.

Ces voyous viennent principalement de l’est lyonnais. L’une des raisons serait que tant que les cités de banlieue ne seront pas aussi belles que Lyon – travail en perspective pour la Métropole – ils agiront !

La mairie du 2e recueille toutes les plaintes qui arrivent journellement, et travaille actuellement sur un plan de sécurisation de la Presqu’ile à destination du Préfet et du Maire de Lyon. Elle veut par-là être force de propositions, et demande aux associations qu’elles aussi fassent de même afin d’arriver à un apaisement la situation. « Le Maire de Lyon Grégory Doucet est assez insensible à ces problèmes de sécurité, lance Pierre Oliver, c’est donc nous, qui n’avons pas la compétence, qui travaillons rue par rue ! ». Il est à relever que les parlementaires lyonnais s’engagent à demander l’augmentation des effectifs de police.

Travailler sur le mobilier urbain, installer des dos d’âne dans les rues pour casser la vitesse, surveiller avec des drones, équiper les policiers de caméras … les pistes existent, ne manque qu’une vraie volonté politique pour les mettre en œuvre !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.