Grippage de l’économie

Le redémarrage de l’activité est significatif, mais la production est lente à repartir. Les inquiétudes restent très fortes sur le chiffre d’affaires 2020, ainsi que sur la trésorerie et les lourdes contraintes sanitaires. 

Risque de récession

Les chefs d’entreprise redoutent plusieurs freins comme les difficultés d’approvisionnement en matériel et en matières premières, la baisse des investissements publics et privés, le retard dans la prise de décision des clients dans un contexte d’incertitude global sur l’avenir. 

Mais malgré ce manque de visibilité, ils restent mesurés sur leur intention de licencier.

Les deux tiers des entreprises sont en activité, mais la même proportion des cafés, hôtels, restaurants (CHR) sont à l’arrêt. Un grand nombre constatent une baisse de CA depuis le début de la crise et rencontrent des difficultés de trésorerie et ont fait appel à des mesures de soutien financier tout en ayant recours au télétravail et au chômage partiel.

Plus des deux tiers des entreprises ont encore un niveau de production en dessous de 70%. Et c’est même près de la moitié qui ont un niveau de production en dessous de 50%. La première semaine de déconfinement a eu peu d’impact sur le niveau de production.

Outre les baisses des commandes, cette diminution s’explique par la mise en place de mesures de distanciation physique dans les ateliers : horaires décalés, limitation du nombre de salariés en fonction de la surface disponible… La sécurisation des transports collectifs pour les déplacements domicile-travail est aussi en question. Les mesures sanitaires font baisser le rendement comme la réduction du nombre de collaborateurs.

Les chefs d’entreprise savent, de plus, que les nouvelles exigences sanitaires vont demander de nouvelles organisations et aménagements des espaces adaptés pour redonner confiance aux clients.

Le redémarrage est lent côté commerces, et les perspectives immédiates assez pessimistes, tout dépendra de l’attitude des clients !

Quel que soit le secteur, la baisse des commandes et des ventes reste le principal effet de la pandémie sur l’activité des entreprises interrogées. Les trois quarts prévoient un CA 2020 en baisse, souvent de 50%.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.