La Grande Guerre en mémoire

Après que plusieurs gerbes aient été déposées au pied de l’Homme de pierre, une cérémonie de commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918, a eu lieu vendredi sur la place Bellecour.

Liberté, Fraternité – Citoyenneté et amour de la patrie ne sont pas des mots vides de sens. En repoussant l’ennemi en 1918, les poilus ont gagné une grande bataille et sauvé le monde. La guerre, moment de souffrance et de sang versé est aussi une période durant laquelle la fraternité transcende les clivages politiques et sociaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les femmes de l’arrière, ont montré une grande solidarité en se mobilisant et en remplaçant les hommes dans les usines. Lyon a fait preuve d’un formidable engagement en matière industrielle et médicale, elle a été pionnière dans les soins apportés aux combattants. Le pays plongé dans l’enfer, a su faire preuve de patriotisme, toutes les familles ont été éprouvées.

Cette liberté si chèrement acquise doit être défendue. Cette guerre a été constitutive de l’identité européenne, qui a transformée à jamais le visage du continent. Durant ces quatre années, dix millions d’hommes sont partis au combat, une jeunesse sacrifiée, marquée dans sa chair et son esprit. L’Europe d’avant, industrieuse, fertile et prospère, conquérante et puissante n’était plus, une explosion de violence montant les pays les uns contre les autres l’a emporté. En peu de temps, la France est passé de la belle époque à la guerre la plus totale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tout a basculé à Sarajevo en juin 1914, lors de l’assassinat de l’archiduc d’Autriche François Ferdinand. Par le jeu des alliances, les différents pays entrent en conflit, la France se jette dans la bataille qui rapidement deviendra une guerre de tranchées dans lesquelles les conditions de vie sont terribles, le froid, la faim, la crasse, la puanteur de la mort.

Plus jamais ça ! – Verdun, offensive que les allemands ont voulu décisive pour mettre la France à genoux,  en a été le summum, avec un nombre de victimes qui dépasse l’entendement. « Ce fut une abomination indescriptible, tous ces morts étaient nos compagnons de route » écrira Henri Barbusse. Le traumatisme de Verdun a marqué à jamais la France et l’Europe. « Notre ville a mis toutes ses usines au service du pays, lui fournissant véhicules et obus, rappelle Gérard Collomb maire de Lyon, elle a également accueilli plusieurs centaines de milliers de blessés ».

Ce devait être la der des der, mais vingt ans plus tard, tout a recommencé …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aujourd’hui, il est plus urgent que jamais de maintenir une réconciliation que seule l’Europe peut préserver. « La liberté dont nous jouissons est liée aux sacrifices de ces hommes et de ces femmes qui par leur courage, leur force et leur ténacité, ont permis à la France de rester debout » indique Michel Delpuech préfet du Rhône.

Chacun doit avoir le courage de tracer un chemin qui permette d’avancer malgré les nuages qui s’amoncellent, afin d’inverser le cours du destin et de transmettre le flambeau de l’espérance.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.