Garder en mémoire

L’armistice du 11 novembre 1918 a marqué la fin des combats de la première guerre mondiale. Il fut signé dans la forêt de Compiègne, mais la paix le fut à Versailles le 28 juin 1919.

Ils sont partis avec l’espoir de revenir rapidement, mais ont vite découvert l’horreur. Ce conflit meurtrier au cours duquel plus de dix-huit millions de personnes ont été tuées ou sont restées invalides, dont un grand nombre de civils, a laissé des millions de veuves et d’orphelins.

 « Rendons hommage au courage des combattants, nos glorieux ainés » lance Mercos Merchant président des Anciens Combattants au cours de la cérémonie commémorative, le mercredi 11 novembre, après les dépôts de gerbes de la mairie du 2e et du Comité d’Intérêt Local Sud presqu’ile, devant le Monument aux Morts, place de l’hippodrome.

La fraternité a uni ces hommes qui se sont découverts dans les tranchées, dans la boue, dans les entrailles de la terre. Ce cortège de braves n’a pas reculé face à la mort, en frères d’armes ils ont su faire face à l’ennemi.

Pour que la flamme de l’oubli ne s’éteigne pas, rendre hommage à tous ces poilus tombés au front est un devoir que chacun doit respecter. Il est indispensable de rester fidèle aux victimes de toutes les guerres, et d’inciter la jeunesse à œuvrer pour un monde de paix.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.