Fête des Lumières sous haute surveillance

Initiée spontanément par les lyonnais le 8 décembre 1852, lors de la mise en place de la statue de la Vierge Marie sur la chapelle de Fourvière, la Fête des Lumières est devenue depuis une vingtaine d’années, une manifestation mondialement connue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Trois soirées festives – Du jeudi 8 au samedi 10 décembre, Lyon s’illumine. Plusieurs milliers de visiteurs déambulent dans les rues de la Presqu’ile et du Vieux Lyon, en admirant les nombreux spectacles qui leurs sont offerts, de la place Sathonay à la Confluence. « Pour nous, c’est la première fois, indiquent Annick et Jean-Pierre venus de Montpellier pour l’occasion, le merveilleux attendu est là, nous sommes enchantés ». Il s’agit d’une démarche à la fois technique et artistique qui permet de mettre en valeur les sites les plus prestigieux de la ville « C’est bien, c’est sympa, avancent Jérôme et Sophie habitant la Métropole, mais ça commence un peu tard, surtout lorsque l’on a des enfants qui vont à l’école demain ! ». Effectivement, il faut attendre vingt heures pour que Lyon s’enflamme, alors que la nuit est déjà là, et les spectateurs également ! Pour les lyonnais qui habitent le centre, c’est bien mais il n’y a rien de mieux cette année que les éditions précédentes. Ils reconnaissent tout de même les prouesses déployées. Certains promeneurs comme jeanne, s’énervent « avant tout c’est le 8 décembre, la Fête des Lumières est une grosse arnaque commerciale », ce qui bien entendu n’est pas tout à fait réaliste, car des dizaines de personnes travaillent toute l’année pour mettre au point ce moment féérique ! « On n’est jamais déçu lance un groupe de parisiens qui vient régulièrement, les rues éclairées, les lampions sur les fenêtres et les spectacles ont de quoi nous ravir, c’est une belle manière de découvrir la ville ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un dispositif sécurisé – Mille cent  policiers, militaires et agents de sécurité sont répartis dans le périmètre et aux entrées et sorties de la zone, soit quasiment le double des moyens déployés lors des précédentes éditions. Les pompiers, la Croix-Rouge et le Samu sont aussi à pied d’œuvre, et un drone surveille l’ensemble pendant toute la durée de l’évènement. Bien que ce climat ne soit pas très agréable il faut reconnaitre que la ville et la préfecture font le maximum pour en ces temps troublés, assurer la sécurité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.