Fer de lance d’une nation

La réforme de l’apprentissage qui risque de voir le jour, doit enlever aux régions la compétence de celui-ci, pour la confier aux branches professionnelles, ce qui est loin de satisfaire Auvergne-Rhône-Alpes.

De tout pour faire un monde

Aujourd’hui, la région collecte 51% de la Taxe d’apprentissage qu’elle répartit dans les Centres de Formation (CFA) suivant leurs besoins ; elle connait les métiers que demande le territoire, et finance selon ce qui est nécessaire, même les petites branches et les métiers d’arts.

La réforme consiste en un transfert financier de la Région à l’Etat et aux branches professionnelles qui n’auront pas une vue d’ensemble comme elle, mais traiterons leur secteur uniquement. Ce sera très bien pour les grosses, comme celle de la métallurgie, mais bien plus préoccupant pour les petites, car l’Etat veut financer au contrat. Il faudra donc de gros CFA qui se regrouperont en ville, au détriment des territoires ruraux. Certaines filières risquent de disparaitre, et pourtant les métiers manuels ont autant de valeur que les autres. Le monde agricole est très soucieux, et particulièrement les Maisons Familiales Rurales qui sont financées par la Région.

L’apprentissage est une voie de promotion sociale et professionnelle d’avenir, qui doit être au plus près des territoires. « Nous ne sommes pas contre une évolution, admet Stéphanie Pernod-Beaudon vice-présidente du Conseil Régional, mais il est nécessaire que toutes les formations soient conservées ». L’apprentissage évite à des jeunes d’être en rupture scolaire, et permet à certains, quand ils ont acquis un peu d’expérience, de monter leur entreprise.

De tout temps, l’artisanat a recruté par le biais de l’apprentissage La Région assure  une équité entre les CFA, et maintient les formations nécessaires dans les territoires, elle permet à un bassin économique de continuer à fonctionner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.