Evolution d’une tradition

Jusqu’à dimanche soir, la Fête des Lumières qui bat son plein, permet à Lyon d’accueillir un grand nombre de visiteurs français et étrangers. Mais combien sont-ils à savoir que l’origine en est le 8 décembre ?
En effet, le 8 septembre 1852, une statue de la Vierge doit être installée sur la chapelle de Fourvière, mais des pluies diluviennes obligent les autorités à repousser la cérémonie au 8 décembre.

Ce jour-là, les intempéries menacent de nouveau, mais les lyonnais désireux de partager ce moment de communion populaire, mettent spontanément des lumignons sur leur fenêtres, pour implorer la Vierge, illuminant toutes les rues. La tradition du 8 décembre est née, et va se perpétuer d’année en année.

Au début des années 1960, les commerçants instaurent un concours d’illumination des vitrines, notamment des commerces de bouche, ce qui donne le coup d’envoi des festivités de fin d’année, puis en 1989 certains monuments sont mis en lumière, et au début des années 2000 jusqu’à aujourd’hui, des animations plus importantes au caractère contemporain sont proposées par la municipalité et les professionnels du spectacle. La Fête des lumières est là, et bien là !

Seulement le Collectif La Fabrique de la Ville, qui porte une autre parole que celle des pouvoirs publics en associant les lyonnais, déclare que « la Fête des Lumières est la vitrine trompeuse d’une politique qui relègue les plus pauvres en périphérie, elle se résume à diriger et à canaliser les visiteurs, à les inciter consommer et à se taire ! ».

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.