Esprit de liberté

Selon la tradition, les Pennons de Lyon ont rappelé le jeudi 16 mai, la volonté et les luttes qui ont permis l’émancipation de la Ville de Lyon, et son rattachement au Royaume de France en 1320.

Résistance de la bourgeoisie

Après l’abdication de l’archevêque Philippe de Savoie en 1268, des conflits éclatent, la population assiège le cloitre de Saint-Jean puis celui de Saint-Just où les chanoines s’étaient réfugiés. En 1271 voulant s’émanciper de la tutelle de l’archevêque, elle érige son propre sceau ; c’est une Révolution pour le Chapitre qui avait pris un pouvoir considérable, d’où la révolte des bourgeois lyonnais !

Ce sceau est rejeté, mais Philippe III le Hardi autorise l’existence de la commune de Lyon et la prend sous sa protection. Mais c’est seulement quarante-neuf ans plus tard, en 1320 que la Chartre Sapaudine sera signée, par laquelle Pierre de Savoie archevêque de Lyon accordera une certaine liberté au lyonnais.

Après que toutes les confréries aient défilé costumées et en musique, de la place de la Bourse à celle de la Comédie, puis aient promis de soutenir les lyonnais dans leur esprit de liberté et la reconnaissance de leur sceau, à ce jour et à l’avenir, le Grand Connétable, le Doyen du Chapitre et un représentant de la Ville de Lyon ont commémoré dans la cour de l’Hôtel de Ville, cet instant historique où le sceau est apposé sur la déclaration officielle.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.