Esprit de la résistance où es-tu ?

La commémoration des soixante-quinze ans de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau a eu lieu le dimanche 26 janvier devant l’Homme de Pierre, place Bellecour.

Maigres et tremblants

Le 27 janvier 1945, lorsque les soldats soviétiques pénétrèrent dans le camp, quelle ne fut pas leur stupéfaction, en voyant quelques milliers de détenus s’accrocher à un souffle de vie. Les autres, plus d’un million de juifs ont péri, ils ont payé de leur vie le fait d’être né juif. « Mais malgré la révélation de l’horreur, ces camps délivrés, où une mort industrielle avait été programmée, n’étaient pas une priorité pour les alliés ! » clame Jean-Claude Nerson président de l’amicale des déportés d’Auschwitz-Birkenau.

Mais l’antisémitisme ne s’est jamais éteint, et aujourd’hui il revient en force pour être l’un des grands sujets préoccupant du XXIe siècle, ce qui prouve que l’homme n’a pas su tirer les leçons de l’histoire. Le peuple juif craint de la voir bégayer, c’est la peur au ventre qu’il se déplace dans la ville. « Le fanatisme menace notre civilisation, jamais les juifs de France n’ont autant craint pour leur vie, poursuit Jean-Claude Nerson, cette cérémonie est indispensable pour ne pas oublier ». L’antisémitisme est un crime qui bafoue la démocratie, le combattre est un devoir absolu.

Cette entreprise génocidaire a été le symbole du Mal intégral, cette idéologie de haine a éliminé les deux tiers des juifs d’Europe. Que les cendres d’Auschwitz soient un avertissement, et permettent de faire vivre des valeurs de fraternité qui sont ce que l’humanité porte en elle de plus grand !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.