Emotion, passion

Le Festival International du Film sur le Handicap (FIFH), qui depuis sa création en 2010, avait lieu à Cannes, est venu cette année dans la ville du cinéma, et s’est déroulé à l’Hôtel de Ville le mardi 12 décembre.

Fragilité mais volonté

L’objectif de ce festival est de sensibiliser la population et particulièrement les jeunes, à travers des films ou courts-métrages, qu’ils changent de regard vis-à-vis du handicap, ce qui évitera bien des discriminations, et particulièrement dans le monde de l’entreprise. En effet, cette dernière préfère bien souvent payer la taxe, plutôt que d’embaucher un handicapé. « Et pourtant, relève la fondatrice et directrice Katia Martin Mareco, ces personnes ont plaisir à travailler, et sont généralement très consciencieuses fières d’occuper un poste et de payer des impôts ! ».

La France a un retard considérable par rapport aux pays nordiques dans le domaine de l’insertion des handicapés – à relever que la Ville de Lyon en a 8% dans ses effectifs, ce qui est loin d’être le cas partout – des associations comme FIFH permettent de remonter la pente.

Plusieurs courts-métrages ont permis de comprendre qu’il est possible de construire un monde plus  ouvert et plus inclusif qui permettra de mieux vivre ensemble fraternellement. « De la vulnérabilité jaillissent des capacités d’adaptation extraordinaires, indique Jean-Baptiste Richardier d’Handicap International, les handicapés doivent trouver leur place dans la société ».

Le cinéma transmet des messages, fait évoluer les mentalités, toute l’ambition de ce festival est là !

contact: lyon-presquile@orange.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.