Elément du patrimoine lyonnais

Après deux ans et demi de travail, une équipe de quatorze personnes, sous la direction du père Michel Quesnel, a présenté l’ouvrage Saint-Bonaventure au cœur de la vie lyonnaise, le vendredi 18 novembre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Depuis 1226, un couvent franciscain avec chapelle existait au cœur de la presqu’ile, pour accueillir les plus pauvres. Après la canonisation de Bonaventure, inhumé en ce lieu, celui-ci devint trop petit pour recevoir un nombre croissant de pèlerins qui venaient le vénérer, aussi fut-il décidé de construire une église composée de trois nefs, dans laquelle différents corps de métiers feront ériger les treize chapelles latérales. Saccagée par les guerres de religion en 1562, l’église fut désaffectée à la Révolution, il fut alors envisagé de lui donner une autre destination. Mais sous l’Empire, le Cardinal Fesch œuvra pour la conserver et lui redonner son lustre. Ainsi devint-elle paroissiale en 1805.
C’est le Cardinal Renard qui en 1970 va décider de l’ériger en sanctuaire urbain, une église qui n’a pas de territoire. En 2010 celle-ci est confié aux oratoriens qui vont lui donner un coup de fouet en particulier en ce qui concerne la foi et la culture.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.