Egalité pour tous

La Journée internationale pour le Droit des Femmes a été célébrée pour la dixième édition, à l’Hôtel de Ville en présence de plus de trois cents invités, le jeudi 8 mars, sur le thème « Droits des Femmes, qu’une affaire de femmes ? ».

Débat public

Effectivement, il s’agit d’un problème universel existant sur tous les continents, à plus ou moins grande échelle suivant les pays. Mais il faut reconnaitre que plus les femmes ont des droits, plus la société progresse, ce n’est donc pas que leur affaire, mais celle de tous. Le privé devient politique, lorsqu’il s’agit de grands sujets comme la contraception, l’avortement, le harcèlement ou autres, qui sont des thèmes de société alimentant le débat public.

Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint. Cela est inadmissible, la société entière doit réagir pour que les valeurs de liberté et d’égalité se traduisent dans les faits. Pour cela, la ville travaille auprès des associations ainsi que des autres institutions pour faire progresser les droits des femmes, qu’elles recouvrent leur indépendance. Elle les met également en valeur chaque fois que cela est possible, en leur attribuant des noms de rues ou de places. « L’inégalité est funeste, assure Georges Képénékian maire de Lyon, mais les progrès dans ce domaine ne sont pas linéaires ».

Chacun a une part de responsabilité

Les associations font un travail quotidien et remarquable avec les femmes, sur tous les sujets les concernant ; sans elles, les avancées ne seraient pas ce qu’elles sont.  Il faut également considérer les femmes en situation de handicap, pour lesquelles les conditions de vie sont encore plus difficiles.

C’est l’engagement de tous – Etat, collectivités, entreprises, syndicats, écoles, médias, publicité,  société – qui permettra que les hommes prennent conscience de cette nécessaire égalité pour le bonheur de tous. Mais il faut avoir en tête que dans d’autres pays, cela est bien pire qu’en occident et qu’en France en particulier, quoique les pays du nord de l’Europe soient plus avancés dans ce domaine. « C’est par la volonté, le souci de la justice sociale, la lutte et la vigilance que nous pourrons bâtir une réelle égalité » avance Thérèse Rabatel adjointe délégué à l’égalité femmes-hommes

Les droits des femmes sont naturels et humains, elles ont des droits qui leur incombent, dont elles doivent pouvoir jouir. Elles ont été les principales actrices de leur émancipation, mais il faut reconnaitre que certains hommes, de plus en plus nombreux, leur apportent leur soutien, car tout l’enjeu du combat est la lutte contre un système qui depuis des siècles se décline au masculin.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.