Du pain sur la planche

Devant un parterre de quelques deux mille cinq cents personnes issues des douze départements d’Auvergne Rhône-Alpes, le président Laurent Wauquiez  a présenté ses vœux et ceux de son équipe, le mercredi 10 janvier, en précisant qu’ils continueront leurs efforts pour faire avancer la Région.

Ne pas rester les bras croisés

« Nous arrivons à la fin de la première phase de construction de notre grande région, indique le président, nous avons pris des risques pour faire de la fusion entre Auvergne et Rhône-Alpes, une renaissance ». Et de préciser qu’elle est la seule région fusionnée à avoir dégagé des économies, en s’appliquant entre autre, ce qu’elle demande aux autres, mais aussi par une méthode de simplification qui consiste à supprimer les doublons, et à lutter contre le gaspillage d’argent public. Un bras de fer avec la SNCF a permis que dorénavant celle-ci soit rémunérée selon ses résultats. « En deux ans nous avons dégagé plus de deux cents millions d’économies, poursuit le président, il est reconnu que nous sommes la région la mieux gérée de France ». Il s’est alors adressé au Préfet en lui disant que si l’Etat appliquait les mêmes règles qu’Auvergne-Rhône-Alpes, l’équilibre budgétaire de la France serait retrouvé en cinq ans !

La Région doit être partenaire des projets et de l’avenir, en étant aux côtés des entreprises qui veulent investir, en accélérant le déploiement du numérique, en luttant contre la désertification médicale, et en améliorant la sécurité dans les lycées et dans les trains. En ce qui concerne les marchés publics ou privés, elle incite fortement à la préférence régionale. Il est toujours meilleur de faire travailler les entreprises locales, pour ainsi leur permettre de se développer.

Ces investissements dans tous les territoires et cet équilibre sont la force de la Région.

Laurent Wauquiez a proposé à la ville et à la métropole  de mettre de côté les divergences politiques, pour travailler ensemble au développement des territoires. « Lyon a besoin de la Région, qui elle-même a besoin de Lyon et de la métropole ».

Prévoir l’avenir

Auvergne-Rhône-Alpes refuse la centralisation parisienne. « La modernité passe par la souplesse, assure Laurent Wauquiez, nous avons toutes les ressources nécessaires pour construire l’avenir, nous sommes une grande région  qui se doit d’être parmi les meilleures ».  Pour cela plusieurs défis ont été lancés. D’abord celui du digital qui est l’avenir et doit concerner tous les territoires, même les plus reculés ; ensuite celui de l’ambition industrielle, car l’industrie n’appartient pas au passé, et est moteur de croissance ; puis l’enseignement supérieur et la recherches pour lesquels un gros effort d’investissement sera fait ; veiller sur l’environnement est également primordial, il faut pour cela miser sur l’innovation ; la culture permet de faire rayonner la créativité, au moyen des festivals, du cinéma, des illuminations : la mise en lumière de Fourvière sera financée à 100% par la Région, et le Musée des Tissus est un grand projet de revalorisation du patrimoine que la région ne pouvait pas laisser partir à vau-l’eau ! Le tourisme et la gastronomie, déjà bien implantés ne peuvent en rester là, c’est pourquoi  2018 verra la création de la Vallée Mondiale de la Gastronomie entre Dijon et Marseille ; il est d’autre part important d’inciter les Auvergnats et Rhônalpins à consommer régional.  C’est ce que s’efforce de faire la Région, en alimentant les cantines des lycées. Une région dynamique doit également être solidaire, c’est pourquoi le handisport sera le grand projet régional pour 2018.

Auvergne-Rhône-Alpes s’appuie sur ses racines en se tournant vers l’avenir, cette nouvelle année sera l’occasion de voir plus grand et plus loin !

contact: lyon-presquile@orange.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.