Du nord au sud

Lors des vœux aux acteurs associatifs et économiques, le jeudi 19 janvier à l’Hôtel de Ville, Gérard Collomb maire de Lyon a passé en revue les différents aménagements qui dans les mois et années à venir, vont transformer la presqu’ile.

Travail partenarial – La ville se métamorphose grâce à une vision globale portée par la municipalité, mais tout ne se réalise pas du seul fait de la puissance publique, bien souvent le privé entre dans le jeu. « Nous voulons redonner son unité au territoire situé entre Rhône et Saône, indique Gérard Collomb, en assurant une vraie continuité, du haut des pentes à la Confluence ».

D’abord en réalisant des parcours dont le premier est la montée de la Grand Côte refaite, pour descendre la colline. Mais trois autres doivent être tracés dans les années qui viennent, ce qui permettra de créer une esplanade vers l’Eglise du Bon Pasteur, de requalifier le parc Sutter et le collège Truffaut, de reconvertir l’église Saint-Bernard en lieu d’accueil pour les créateurs et de poursuivre la réfection de la rue René Leynaud, quand une nouvelle aventure dans l’économie sociale et solidaire se prépare dans la halle de la Martinière.

La place des Terreaux, sur laquelle la circulation sera maintenue, doit dans sa réfection, garder le même esprit ; la place de la Comédie doit être repensée pour donner un beau parvis à l’Hôtel de Ville, les places Louis Pradel et Tolozan, rénovées dans un premier temps seront restaurées dans quelques années. « Elles sont actuellement très minérales, poursuit le maire, remettre de la nature en ville est nécessaire ». Le sol de la rue de la République sera refait, en plusieurs tranches, sachant que les travaux sur la place du même nom ont déjà commencé.

Plusieurs dizaines de millions d’euros – Le quartier Grolée dont les immeubles sont magnifiques, se rénovent petit à petit, 68% des locaux sont déjà commercialisées, il y a donc bon espoir de voir d’ici quelques mois ce secteur reprendre vie, d’autant que l’église Saint-Bonaventure doit être ravalée. Le projet du Grand Hôtel-Dieu devrait ravir tous les lyonnais, il participera au rayonnement de la ville. « Nous avons retrouvé des choses incroyables, indique l’architecte Claire Bertrand, c’est encore plus beau que ce que l’on imaginait ». Cet édifice avec son foisonnement d’activités, donnera certainement une dynamique à la presqu’ile.

Côté Saône, une fois le parking Saint-Antoine achevé, les Terrasses de la Presqu’ile verront le jour et plus au sud, la rue Victor Hugo va connaitre une nouvelle jeunesse. La voûte ouest doit dès fin 2017 être refaite et réservée aux modes doux, quand un accès au métro sera créé depuis le cours Charlemagne, et le tram T2 prolongé jusqu’à Suchet.

« En vingt ans nous aurons parcouru un beau chemin, assure le maire, nous aurons remis des quartiers en mouvement ». Mais pour effectuer de telles opérations, de gros financements sont nécessaires, et de cela il n’en a pas été question !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.