Dix ans de passion

La conjoncture n’est plus la même qu’autrefois, mais depuis mars 2007, Jean-Louis Mandon galeriste, a su faire son trou, et se donner de la visibilité.

Comment en êtes-vous arrivé là ?
Après une enfance au contact de l’architecture et de la décoration, au cours de laquelle j’ai découvert certains peintres que j’expose aujourd’hui, j’ai fait des études d’histoire de l’art, puis ai travaillé pendant dix-sept ans comme directeur des Affaires culturelles à la mairie de Francheville mais l’art me titillait, aussi ai-je décidé de me lancer, et c’est tout à fait par hasard que j’ai trouvé un local rue Vaubecour.

Quelle est votre clientèle ?
En dix ans, une équipe d’artistes avec qui je travaille régulièrement, s’est constituée, et la clientèle fidélisée. Il y a d’une part les collectionneurs, dont la présence est vitale pour l’existence de la galerie, mais aussi le public amateur d’art et de belles choses, pour qui les galeries sont un lieu de découverte. Ceci explique que les expositions attirantes et variées soient renouvelées régulièrement.

Est-il facile d’être galeriste ?
Motivé, décidé et passionné, je suis content d’exercer mon métier et par-là, d’assouvir ma passion. Bien sûr, les tableaux ne sont pas des biens de consommation de première nécessité, aussi les visiteurs viennent-ils afin d’admirer voire d’acheter des œuvres contemporaines, à des prix raisonnables. Il est vrai que je suis dans une perpétuelle incertitude, mais soutenir des artistes me met dans une belle énergie, et me permet d’être parfaitement épanoui.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.