Disparu puis retrouvé

Le clos Saint-Benoit, situé tout au fond du quartier Saint-Vincent, s’expose jusqu’au 20 décembre aux Archives Municipales.

Il s’agit d’un ancien couvent construit en 1664, dont les sœurs bénédictines qui exploitaient des vignobles sur les coteaux de la Croix-Rousse, jouirent jusqu’à la révolution. Un porche de belle allure situé à l’angle des rues Saint-Benoit et de la Vieille permet de pénétrer dans le cloitre situé en contrebas d’une falaise cristalline. Le jardin était entièrement entouré de murs, ce qui lui valut son appellation Clos Saint-Benoit. De-là part un escalier qui permet de rejoindre un jardin fermé.

Au départ des religieuses, en 1792, le cloitre devint un entrepôt à vin rassemblant d’imposants tonneaux. Puis furent construits des immeubles de bric et de broc, si bien que celui-ci disparut complètement pendant des années, jusqu’en 1997 lorsque un éboulement mit à jour les anciennes voûtes qui grâce à la mobilisation des riverains, ont alors été rénovées. La ville fit abattre quelques bâtiments pour aménager entre les magnifiques piliers du cloitre, pour la plupart signés, un très beau jardin à l’ambiance unique.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.