Des biens lyonnais

Pour la quatrième édition, les Rendez-vous du patrimoine ont eu lieu le jeudi 21 mars à l’Hôtel de Ville, en présence de tous les acteurs agissant dans ce domaine. Ce même jour, le Prix Citoyen du Patrimoine a été décerné au Musée des sapeurs-pompiers, pour la restauration d’un ancien fourgon.

Besoin de vert

En 2018, dans la presqu’ile, plusieurs monuments – la fontaine Bartholdi place des Terreaux, Saint-Bonaventure, le Veilleur de Pierre place Bellecour – ont subi d’importantes restaurations. Ceci sans oublier le Grand Hôtel-Dieu qui est apparu dans sa magnificence. La culture accompagne le patrimoine, comme l’exposition sur l’Empereur Claude au Musée des Beaux-Arts, et celle sur les lieux de culte lyonnais actuellement aux Archives Municipales. Fourvière, le Vieux Lyon et d’autres quartiers n’ont pas été en reste non plus !

Le patrimoine irrigue la ville, partant de l’époque romaine à celle du XXIè siècle, en passant par la Renaissance et le Baroque. « Le protéger et le mettre en valeur est indispensable, assure Jean-Dominique Durand adjoint au maire de Lyon, cela engage non seulement la ville, mais de nombreuses associations et tous les citoyens ». En effet les ravalements de façades embellissent la cité et les dégradations provoquées par les planches à roulettes ou autres, doivent être éradiqués.

Maintenir ce patrimoine vivant permet le dynamisme économique, culturel, urbanistique et social de la ville. Mais à côté du bâti, des vieilles pierres, il y a le patrimoine naturel composé des collines, des fleuves, des parcs, et d’arbres magnifiques dans certains quartiers. Il faut savoir que 10% de la surface de la ville est végétalisée. « La nature doit se développer en ville, indique Jean Truc 1er adjoint dans le 4e arrondissement, elle permet d’assumer la densification, et de lutter contre le réchauffement climatique ». Le patrimoine végétal est un complément du bâti, le cloître de l’Hôtel-Dieu et le Jardin du Musée des Beaux-Arts sont des îlots de fraicheur dans la minéralité !

La végétation en ville préserve la cadre de vie, les Berges du Rhône et les Rives de Saône en sont le symbole, elle assure la régulation thermique de la cité, et apporte un peu de fraicheur. La nature urbaine encourage les citoyens à repenser leur rapport avec la ville.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.