Cris, indignation !

Afin d’informer la population sur la situation inadmissible des enfants sans toit, plus de deux cents dans la Métropole dont cinq à l’école Lucie Aubrac, les parents d’élèves de cet établissement situé rue Jarente, ont organisé une distribution de tracts le samedi 18 novembre place Ampère et rue Victor Hugo.

Un logement avant tout

Ils demandent simplement l’application de la loi : « l’Etat doit héberger les mineurs ». Les associations ne peuvent pas tout faire, les moyens alloués étant insuffisants. « Il est intolérable que des enfants dorment dans la rue, indique Benoit Mitivier membre du collectif, que les décisionnaires aient un peu de courage ! » En effet,  le maire et le préfet devraient d’urgence  s’emparer de cette problématique, car quand l’action privée se substitue à celle de l’Etat, c’est que ce dernier fonctionne mal. « Ne jetez pas d’huile sur le feu, rétorque Georges Képénékian maire de Lyon, nous travaillons sur le sujet ». Et de préciser qu’aucune solution n’a encore été trouvée ! Et pourtant il y a des immeubles vides comme rue Port du Temple. Le collectif lui a répondu que son action est la seule chaleur auprès de laquelle ces familles peuvent trouver du réconfort.

Lundi 20 novembre, le collectif devait organiser des rassemblements dans les écoles, mais la police les aurait interdits à certains endroits, et mercredi 22 elles se rassemblent devant la préfecture pour marquer leur indignation.

Véritable persécution

Le collectif AMIE (Accueil de Mineurs Isolés Etrangers) s’est également rassemblé samedi  dernier place des Terreaux pour tenter de faire comprendre aux autorités qu’elles doivent agir en faveur de ces enfants sans toit, ainsi que pour les jeunes adolescents mineurs considérés comme majeurs qui errent dans les rue en attente d’une hypothétique régularisation. « Nous demandons une mise à l’abri immédiate de ces personnes, lance le présidente Michelle François, elles ne doivent pas être traitées comme des parasites, il s’agit d’êtres humains ».

Bien que la France se soit engagée à respecter les droits des enfants, les institutions suspectent la réalité, tout le monde se renvoie la balle ! Le Grand Froid est là, le Grand Lyon les laisse dehors !

contact: lyon-presquile@orange.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.