Centre Presqu’ile sur le qui-vive

L’association Centre Presqu’ile, comité d’intérê local agissant en matière d’urbanisme, de voirie et de défense des habitants, est soucieuse quant au devenir du territoire situé entre Rhône et Saône.

Le président lance un cri d’alarme – En effet, plusieurs projets dont l’association a déjà fréquemment parlé, semblent ne pas beaucoup avancer. En premier lieu l’Hôtel-Dieu où étant donné le nombre de mètres carrés, et en souvenir de sa destination première, l’accueil des pauvres et des indigents, un projet de solidarité ou un concept intergénérationel, voire un établissement médico-social, pourrait voir le jour, éventuellement dans le cadre d’un projet privé et lucratif. « J’ai l’impression que l’on réduit la voilure à l’Hôtel-Dieu, que les projets initiaux ne sont plus respectés, soutient le président Patrick Martin-Genier, il y aurait donc une place pour faire autre chose, pour s’occuper des lyonnais et des riverains »

La rue Victor Hugo

La rue Victor Hugo

Question voirie, la place des Terreaux et la rue Victor Hugo devront être prioritaires dans ce mandat municipal, car il est urgent de redonner au centre-ville un aspect correct.  Il y a également le quartier Grolée, déserté depuis plusieurs années, où la ville désirait voir s’installer des commerces de luxe. Faute de candidats, les deux ouvertures programmées d’ici quelques mois sont des commerces bas de gamme de produits venant du Quatar ! Le projet de la réouverture de la Halle de la Martinière qui permettra une meilleure vie de quartier, est lui aussi prioritaire La sécurité – délinquance, vols, incivilités, prostitution – restent un problème récurrent entre Rhône et Saône.

Le quartier Grolée déserté

Le quartier Grolée déserté

Centre Presqu’ile s’interroge sur les enjeux financiers découlant de la création de la métropole en janvier 2015. « En effet, poursuit le président, la hausse des impôts annoncée par Gérard Collomb et la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales auront très probablement un impact sur les investissements dont la presqu’ile a besoin ». L’association appelle donc à la plus grande vigilance, car des sacrifices ne sont pas exclus.

Centre Presqu’ile souhaite être associé ou tout au moins consulté pour la réalisation de ces différents projets, car son expérience du terrain et sa relation avec les habitants est un atout précieux que la ville ne doit pas négliger.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.