Aimer la qualité

En une trentaine d’années, les artisans d’art ont diminué de moitié dans le 2e arrondissement. Aussi la mairie souhaite-t-elle revaloriser ces professions, en les mettant sur le devant.

Transmettre un patrimoine

C’est pourquoi, dans le cadre de la semaine européenne des métiers d’arts, elle a organisé une exposition de photos salle Camille Georges, centrée sur la main, celle de l’ébéniste, celle du relieur, celle du fabricant de céramiques etc., inaugurée le mercredi 30 mars.

Elle propose aux artisans d’ouvrir leurs portes, car nombreuses sont les personnes en recherche de reconversion. « Vous savez restaurer et transformer avec minutie et passion, reconnait Jean-Bernard Nuiry adjoint au patrimoine, il est impensable que vos savoir-faire disparaissent, vous êtes les meilleurs vecteurs de transmission ».

Très en vogue au XIXe siècle, les artisans d’art se sont réduis comme peau de chagrin au XXe. Il est à espérer que l’apprentissage, très à la mode depuis quelques années, va permettre à ces professions de renaitre. « Il faut des années pour apprendre le métier, précise Corine Vilaine relieur rue Sala, chaque pièce est différente car il existe des milliers de papiers ». Il en est de même pour l’ébénisterie, suivant la provenance des bois, et pour la restauration de tableaux, tous différents.

Les artisans d’art font partie du patrimoine lyonnais, il est important de sensibiliser la jeunesse à ces beaux métiers. A voir jusqu’au 8 avril.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.