Actualité bien triste

Dans le cadre du festival  « Brisons le silence », qui se déroule du 17 novembre au 2 décembre, la mairie du 2e arrondissement a accueilli l’association Filactions qui agit en faveur de la prévention des violences conjugales, particulièrement dans les jeunes couples, ainsi que quelques associations œuvrant dans le même domaine.

Changer les mentalités

La violence conjugale est l’atteinte à l’intégrité de l’autre dans un contexte privilégié, celui du couple. Ce peut être des violences physiques ou sexuelles, mais aussi du harcèlement, de l’humiliation, des restrictions, qui s’inscrivent dans un cycle à répétition. Il y a d’abord une période d’escalade qui aboutit à l’explosion avec transfert des responsabilités « si on en est là, c’est de ta faute ! », puis parfois un regain de confiance avant que les disputes ne recommencent. « Ces cycles peuvent être relativement longs, indique Marion Ghibaudo de Filactions, la victime se remet en cause ».

En 2016, il y a eu cent vingt-trois femmes, trente-quatre hommes et vingt-cinq enfants assassinés du fait de violences familiales. Un tiers des viols sont faits à l’intérieur du couple. « Etre femme, c’est supporter différents types de violences, poursuit Marion, la société est trop inégalitaire et patriarcale ».

En France, aucune violence n’est tolérée dans le couple, d’autant que cela traumatise les enfants qui comme la victime, vivent alors dans un contexte de peur et d’insécurité permanent.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.